A propos

Retour

On en a rêvé de notre retour. Notre maison, notre nid qui nous manquait tant. Nous avions besoin de retrouver notre chez nous, notre jardin, nos odeurs, notre équipement de cuisine, notre chambre…

Une année, c’est long et c’est court. Une année intensive ou nous avons dû nous adapter au nomadisme. Une année de découvertes, de rencontres, d’aventure, de croissance, de nouvelles connaissances. Une année, rêvée depuis si longtemps, anticipée, appréhendée aussi. Une année à quitter notre zone de confort, notre matériel, nos objets, nos trop nombreuses possessions… Une année ou les choses ne comptent plus mais le non matériel devient notre première richesse. Une année à s’interroger sur ce qui compte vraiment, sur nos envies, sur ce que nous voulons au retour. 365 jours à nous heurter à l’humanité dans ses nombreuses formes, à croiser des déchets toujours plus nombreux sur les chemins, à nous demander quel impact on pourrait avoir quand nous rentrerons dans notre belle France.

Et puis voilà, après 1200 kilomètres depuis le sud de l’Espagne à vélo, après avoir mangé beaucoup de sandwichs, de la bonne charcuterie, du beurre trop mou, des kilos de tomates cerises et dégusté des fruits qui nous avaient tant manqués. Nous avons hier reposé le pied dans notre chez nous. Nous avons une chance extraordinaire c’est que la famille qui a vécu dans notre maison en a pris soin comme si c’était la leur, ils nous ont permis de rentrer chez nous comme si nous n’étions partis que quelques jours. Ils sont eux aussi un vrai cadeau de la vie ! Aristide a découvert une belle pancarte faite par les enfants de la MAM de Fronsac sur le pas de la porte de la maison (merci Sandrine, tu es formidable 🙏). Nous nous sommes sentis très entourés et l’accueil de nos amis nous nourrit et nous transporte de joie et de gratitude.

Avant cela, nous avions patienté une semaine, impatients de nature que nous sommes tous les six, chez nos amis les choux. Nous étions dans l’antichambre de notre retour. Arrivés dans notre Libournais tant aimé, retrouvant le plaisir de cuisiner et le luxe d’avoir un frigo où stocker les aliments frais (ca reste tout de même un vrai problème quand on voyage à vélo !). Nous avons retrouvé la chaleur de nos amis qui nous avaient tant manqués, nous avons retrouvé le goût de nos petits plats français, notre paradis Libournais, notre boucher, notre boulanger, le marché mais nous n’étions pas encore rentrés chez nous. Alors nous avons senti que ça n’allait pas être si simple ce retour, que nous étions les mêmes, mais pas vraiment, que nous avions tout un tas de projets, mais il allait falloir apprendre à vivre frugalement dans cette société de la tentation.

Le retour, on ne voulait pas l’anticiper, on ne voulait pas le craindre. On voulait qu’il soit une nouvelle étape du périple, une nouvelle remise en question, une nouvelle façon de vivre. On met la barre haute. Il va falloir réapprendre à rentrer dans la société, adapter notre regard, nos ressentis pour ne pas être décalés. Car nous nous rendons compte, que même si on n’a pas grandi en taille comme l’ont fait nos quatre loulous, nous avons changé. Nous avons découvert d’autres façons de vivre, d’autres rêves, d’autres mentalités et tout ça ne peut pas être pour rien. Nous devons en faire quelque chose qui nous échappe encore. On entrevoit des projets, de nouvelles façons de faire, de nouveaux nous, dans notre ancien chez nous. Nous avons bien conscience que ça ne se fera pas en un jour, qu’on a tout à reconstruire car ce voyage n’est pas une parenthèse. C’est une formation, une école de la vie, un apprentissage en soi et en les autres. Ce voyage, c’est bien sûr les pays, les paysages incroyables, les animaux, les cultures différentes, mais c’est surtout les rencontres humaines, l’humanité dans toute sa splendeur et parfois dans ses côtés les plus sombres, ne nous leurrons pas ! Les rencontres humaines restent les souvenirs les plus marquants…

Alors, haut les cœurs, vive la vie. A chacun de nous de mettre notre petite pierre au monde de demain…

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce que cela se fasse » Nelson « Mandela

S’abonner
Notification pour

6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Carmen
13 jours il y a

Ravie d’avoir faire votre connaissance sur les routes de l’Espagne. Bon retour et jolis futurs projets à venir. Bonne continuation et bonne vacance à vous tous.

Chudziak
19 jours il y a

Vive la vie 💙 et vive ce voyage extraordinaire pour toujours dans vos cœurs. Ravie de votre retour en bonne santé dans notre Fronsadais. Merci pour tous ces articles magnifiques de dépaysement, d’enrichissement, d’émotions et de sincérité. À très bientôt, je vous embrasse fort tous les 6 😘😘😘😘

Mara
21 jours il y a

Belle boucle bouclée !!!! De nouveaux projets vont naître et de nouveaux choix de vie vont se faire…
Bon retour parmi nous !
Bel été d’adaptation !!!
A très vite et merci d’avoir partagé cette expérience de vie…
Fabian

Béa
21 jours il y a

Ravie de vous savoir de retour en forme, bouleversés, changés, et surement heureux.
J’envie votre réalisation, je n’ai pas opté pour cela à ce jour………..l’avenir me montrera peut-être un autre chemin.
Prenez le temps de revenir dans ce monde que tu décris si bien dans ce post!

Fran Cois
21 jours il y a

Welcome at home. Bienvenido a casa. C’est incroyable. Un an a parcourir votre jardin. Cette notion de temps est dingue. On ne peut que vous souhaiter un bon retour dans votre libournais et surtout de pouvoir se retrouver en vrai pour nous narrer vos histoires (même si on en a déjà eu un petit aperçu) Nous sommes heureux que ce projet familial se soit concrétisé mais une question me reste… c’est quoi la prochaine idée ? On the road aggaaaaaaiiiiiiinnnnnnn

Family patet
21 jours il y a

Que j aime te lire ma sévérine…incroyable ton récit a tellement de sens pour nous …
Je me remémore nos souvenirs en communs incroyables et tellement riches …de vrais moments sans filtre…
Grosse pensée
A très vite…