A propos, Equateur, Galapagos

Santa Cruz, last but not least…

Du 25 au 31 janvier

Santa Cruz est notre dernière île à visiter aux Galapagos. Nous avons réservé un bateau à 15 heures, histoire de profiter jusqu’au bout d’Isabela la sauvage. Nous restons la matinée sur la plage à nous remplir une dernière fois de ses couleurs, de ses bruits d’océan, de ses animaux si particuliers. Nous savons que notre prochaine destination sera bien plus éloignée de la plage. Nous embarquons donc en milieu d’après-midi pour deux heures et demi de trajet. Les vagues sont fortes et le soleil est bien présent. On a de la chance car l’équipage nous garde les cinq places à l’arrière du bateau, là où on sent le moins les remous. Nous voilà bien installés. Quelle n’est pas notre surprise sur le trajet de voir une baleine ! Nous n’osions le rêver, et nous voilà à nous extasier comme des enfants devant ce spectacle rare !

Arrivés à Santa Cruz, nous prenons directement le taxi pour notre logement. Pas trop le temps à perdre, il faut faire les courses pour dîner. On se dirige vers le marché à quelques centaines de mètres de là et faisons le plein de fruits. Il faut dire que ça nous a un peu manqué. Les magasins sont très petits, quelques mètres carrés remplis de couleurs et de senteurs, dans lesquels la famille attend le client. On y trouve des fruits et des légumes mais aussi, dans des petits frigos de la viande ou du poisson, du riz, des haricots secs de plusieurs couleurs et plusieurs tailles. Ces magasins se succèdent les uns aux autres sans réelles particularités. Parfois, on peut aussi y trouver des vêtements ou des jouets pour enfants. Les pharmacies aussi sont particulières, on y vend des médicaments, des produits de soins corporels mais aussi des recharges de téléphone, des glaces, diverses boissons et sodas ! Assez étonnant…

A Santa Cruz, nous avons visité le centre Darwin. Nous y avons appris que Darwin est arrivé aux Galapagos à l’âge de 22 ans et n’y a passé qu’un mois pour prelever les échantillons, faire des croquis et des observations. Il n’y est jamais revenu. En outre, nous avons également découvert qu’il a élaboré sa théorie de l’évolution grâce à son voyage de cinq ans à travers les Amériques et le monde. Il n’a jamais repris la route après son retour.

A la sortie du centre Darwin, nous avons adoré nous balader dans le port et son quartier artistique. Nous y avons visité une exposition de mosaïques, un cimetière et une belle fresque qui était en train d’être réalisée par une artiste. Retrouver cette animation, cette frénésie artistique était agréable après avoir passé ce long moment hors de la vie urbaine.

Il faut bien avouer qu’à Santa Cruz, nous avons été un peu frustrés car depuis la pandémie, la plupart des plages ne sont accessibles qu’en payant un droit d’accès. Cette taxe s’élève à dix dollars par personne, alors pour nous, ça revient très vite, très cher. Nous n’avons donc pas pu visiter deux lieux marquants de l’île. La pandémie ayant réduit le nombre de touristes, le parc a trouvé cette solution pour palier le manque à gagner. Heureusement, deux autres plages restent toujours gratuites: Tortuga Bay, et la plage du centre Darwin. Nous les avons explorées de long en large !

Tortuga Bay est une grande plage avec beaucoup de surfeurs et de belles vagues. Le chemin pour y aller est très beau et très long. Environ deux kilomètres et demi, soit quarante minutes de marche. Cependant l’effort en vaut la peine. Elouan, Léopold et Marius y ont trouvé des crabes fantômes et nous avons apprécié de retrouver la force de l’océan. Cette plage ferme à 17 heure pour permettre aux animaux de pouvoir nidifier et se reproduire sans humains perturbateurs.

La Playa de la estation Darwin sera notre dernière journée aux Galapagos. Dernières plongées au milieu des poissons et des tortues, derniers iguanes marins, dernières frégates et pélicans, dernières murènes. On se régale…

Hélas, arrive bien vite aussi le dernier jour. La nostalgie nous rattrape malgré nous. Quitter ces îles est comme un déchirement. Nous y avons passé une parenthèse enchantée. Heureusement, nous savons que d’autres merveilles nous attendent. Nous refaisons nos bagages et nous revoilà en transit vers Quito, la capitale de l’Equateur.

Quarante minutes de taxi, un bateau pour rejoindre l’aéroport, un dernier bus et nous voilà arrivés à l’aéroport. La végétation est brûlée par le soleil de ce côté de l’île, pas de pluie pendant des mois. On croise encore quelques iguanes. Adieu Galapagos, vous nous avez enchantés !

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fran Cois
3 mois il y a

La parenthèse attendue se referme. On ressent toutes les émotions qui vous traversent. On reste bien accrochés à la lecture de vos prochaines péripéties. Je regrette une seule chose : ne pas avoir vu la famille Marrec sur un Surf ! Parce que le vélo, le parapente, les baignoires….OK ! Mais le surf aux Galapagos…là je dis ok. ;o). Allez On the roooaaaddd aaggaaaiiinnnnn.

Dernière modification le 3 mois il y a par Fran Cois
3 mois il y a

Waouh !!!! Vous en avez donc pris plein les yeux et le cœur !!!!
Comme vous le dites, de nouvelles aventures vont s’enchaîner !
Vivement la suite !!!!!
A très vite !
Cordialement,
Fabian