A propos, Mexique

De Chichen Itza à Coba en passant par Valladolid

De dimanche 26 septembre au vendredi 1er octobre…

Kilomètres parcourus 104

Total parcouru: 1094

Après toutes ces émotions et dans la joie d’avoir de nouveau nos deux portables en poche nous décidons de nous rendre sur le site Maya de Chichen Itza. Pas besoin de nos vélos, nous prenons un bus pour nous rendre sur place. Nous réservons également un guide par le biais de notre hôtel que nous retrouvons directement à l’entrée du site. Nous ne le savons pas encore, mais nous allons passer 3 heures assez incroyables. Notre guide parle très bien français, les enfants peuvent donc comprendre directement, sans traduction et poser eux mêmes les questions. Chichen Itza est gorgé d’une énergie dont nous avons ressenti la force pendant ces quelques heures passées sur place. Est-ce grâce à notre guide qui nous a raconté les us et coutumes mayas, est ce la force des pierres ou du lieu ? Est ce notre perception subjective, en tout cas, l’émotion était à son comble. Les mayas pratiquaient pas mal de sacrifices, que ce soit des adultes prisonniers, ou élevés dans ce but, des enfants ou des vieillards quel que soit leur sexe. L’objectif était de récupérer le cœur encore battant, ou de jeter le sacrifié dans le cenote sacré. Ainsi, ils contentaient les dieux (souvent celui de la pluie), pour obtenir une bonne récolte. Le sorcier pratiquait ces rites régulièrement et assurait ainsi le bien de la communauté. Les sacrifiés étaient drogués à tel point qu’ils perdaient conscience bien avant de perdre la vie, non pas pour leur éviter de souffrir, mais pour faciliter le travail du sorcier et l’empêcher de se débatte. Ils n’avaient pas de fer, donc pas de couteau tranchant mais une pierre taillée, l’obsidienne. Une pierre volcanique noire. Imaginez se servir d’un silex pour ouvrir une cage thoracique 😱…

Le serpent à plume ou Quetzalcoatl

Cette visite nous permet également de rencontrer une colonie de fourmis coupe feuille, des vautours, des oiseaux tyrans au joli plumage jaune. Nous déambulons dans un lieu plein de vie. La chaleur est toujours assez forte, la pluie finit même par arriver à la fin de la visite. Nous nous abritons sous de grands arbres pour nous protéger avant de regagner l’entrée du site. Nous reprenons un bus local pour le retour à l’hôtel des étoiles plein les yeux.

La danse des fourmis coupe feuille

Le lendemain, nous remballons le camp, prenons un petit déjeuner mexicain composé d’une omelette au jambon et de pain sorti du four avant de prendre la route pour Valladolid vers 10 heure. Ces 40 kilomètres passent assez facilement. Nous faisons les 27 premiers, le long d’une voie rapide. Nous avons maintenant une bonne allure. Quand nous nous arrêtons pour déjeuner à 12h30, nous sommes ravis car il ne nous reste plus que 13 kilomètres à parcourir. Nous prenons le temps dans une petite cocina locale. La nourriture est divine et bon marché. Les enfants en profitent pour jouer avec le chien de la famille. Nous avons réservé un airbnb à Valladolid et nous espérons y être pour 15h00.

Léopold et un petit lézard typiquement mexicain
Marius, qui a trouvé une jolie décoration pour son t-shirt!

Nous reprenons la route sans encombre et arrivons à notre réservation à l’heure prévue. À ce moment là, c’est une assez mauvaise surprise. La piscine est à moitié vide et l’eau est sale. Il n’y a pas d’eau courante dans l’appartement, à peine un filet d’eau, l’odeur qui y règne rappelle le pipi de chat. On est très sceptique. Le propriétaire arrive et explique qu’il y a une panne d’eau dans la ville et c’est pour cela que la piscine n’est pas remplie et qu’il n’y a pas d’eau, que ça devrait revenir dans les 2 heures au plus tard. On veut bien attendre, puis quelques minutes plus tard, il nous propose d’annuler notre réservation sur airbnb et de le payer en espèces avec une remise. À partir de ce moment là, on se dit qu’il y a anguille sous roche. Gwen accepte d’annuler la réservation, et prend des photos de ce qui cloche dans cet appartement (draps de lit troué, des bidons et des déchets qui trainent un peu partout, rien à voir avec l’annonce qu’on avait repérée). On se concerte, attendons d’avoir la confirmation du remboursement d’airbnb. Cela prend tout de même deux heures. Quand on obtient la confirmation de l’annulation le propriétaire réclame les espèces. Gwen explique qu’il ne paiera pas tant que la piscine ne sera pas remplie car c’est pour ça qu’on a réservé cet endroit. Le propriétaire annonce alors que ça peut prendre plusieurs jours… Il espère en fait nous arnaquer et ne compte pas du tout remplir la piscine, on apprendra quelques heures plus tard, qu’il n’y avait aucune panne d’eau sur la commune. On décide de partir. Cet appartement ne nous plaît pas du tout. On est sûr qu’on ne s’y sentira pas bien. On raccroche nos sacoches sur nos vélos et nous partons vers le centre historique pour un hôtel repéré sur booking. Arrivés sur place, ils nous font une super offre et nous payons finalement moins cher que sur airbnb. La piscine est magnifique et nous sommes super bien placés. Nous avons bien fait d’écouter notre instinct !

Le séjour à Valladolid nous permet de visiter le musée du chocolat. Les graines de cacao étaient la monnaie d’échange pour le commerce maya. Saviez vous que les notables et les empereurs mayas buvaient jusqu’à 50 tasses de cacao par jour? Mais à l’époque, il n’était pas mélangé à du lait, on n’y mettait pas de sucre non plus. Son goût était très très amer…

Séchage des graines de cacao
Les cabosses, ce sont les fruits du cacaoyer

Nous profitons également de ces 3 jours en ville pour racheter des t-shirts à Marius qui a grandi, des pneus pour la carriole qui montrent de belles traces d’usure et des LEGO car ça nous manque trop. Nous en profitons aussi pour mettre notre linge dans une lavandería. Une laverie qui permet de retrouver notre linge propre avec une bonne odeur de lessive ! La plupart du temps, nous lavons notre linge à la main, alors ce n’est pas toujours aussi efficace qu’avec une machine à laver! Surtout quand ce sont les enfants qui s’en occupent. Ou alors quand le linge met trop de temps à sécher !

Nous visitons la ville de Valladolid, l’église de San Servacio… Et préparons notre départ pour Tulum. Nous décidons que nous  visiterons la Playa del Carmen en bus au départ de Tulum. Nous avons deux étapes à accomplir avant d’arriver à destination. La première est de 60 kilomètres jusqu’à Coba, la seconde de 47 kilomètres. Un beau défi pour la famille. Nous sommes motivés !

La dame de Valladolid, emblème de la ville.
Intérieur très sobre de l’église…

La route pour Coba commence par une jolie piste cyclable. Les herbes sont très hautes et broussailleuses. Gwen qui est en tête du cortège croise alors un serpent vert de près de deux mètres de long. Pas le temps de le prendre en photo, mais il a quand même provoqué quelques petits frissons… Nous rejoignons assez vite la grande route avec son lot de voitures, camions et bus. Nous roulons en file indienne et faisons un minimum de pause jusqu’à… la crevaison de Léopold. Nous nous retrouvons sur le bord de la route à surveiller que les voitures et les camions ne roulent pas sur la bande d’arrêt d’urgence le temps de la réparation. Ici, les véhicules roulent régulièrement sur cette voie quand ils se font doubler. Nous sommes très vulnérables quand nous y sommes arrêtés ! Impossible de s’éloigner de la route, autour de nous c’est la jungle… Cette pause forcée nous fait perdre une heure sur notre planning, mais on compte bien faire quand même nos 60 kilomètres. Sur la route, nous nous arrêtons à un stand de boissons fraîches pour boire du lait de coco. En discutant avec le vendeur, il nous indique un village pour notre pause déjeuner et nous offre deux bouteilles de jus d’orange pour nous rafraîchir. La gentillesse de ces gens nous émerveille au plus haut point. Aller dans ce petit village nous fait faire un petit détour de 4 kilomètres, mais nous mangeons un délicieux repas et sommes à l’abri le temps d’une belle averse. En plus, nous faisons la rencontre d’un jeune couple d’autrichiens (@cycle.together sur Instagram) en voyage à vélo depuis plus d’un an à travers l’Europe jusqu’à Istanbul. Et maintenant du Mexique jusqu’à la Patagonie. Nous bavardons pendant une heure et échangeons des anecdotes sur les lieux à visiter et les astuces des voyageurs à vélo. Cette rencontre nous enchante !

Heureusement, la main d’oeuvre ne manque pas…
Aristide reste imperturbable
Averse qui se produit pendant le déjeuner! On est à l’abri
Rencontre avec Vici et Simon

Arrive l’heure de repartir car nous avons encore 27 kilomètres à faire et il est déjà 15h30. Nous reprenons la route vers Coba, il y a moins de passage et nous rencontrons d’autres petites bêtes sympathiques: de belles migales. Elles traversent la route à toute vitesse, mais se font assez souvent écraser par les voitures. Nous ne pensions pas en rencontrer en si grand nombre. Vers 17h45, il nous reste encore 10 kilomètres à faire alors on installe nos lampes rechargées sur nos casques et nos vélos et reprenons l’effort pour cette dernière ligne droite. Nos jambes et nos épaules sont douloureuses mais nous ne nous laissons pas démotiver. Nous arrivons à l’hôtel face à un lac immense pile au moment du coucher de soleil. Nous sommes en admiration devant ces couleurs de rouge, orange, violet à couper le souffle. On s’approche du bord du lac, Aristide en profite pour y lancer quelques cailloux et Marius faire des ricochets. Un monsieur s’approche et me parle, je ne comprends pas bien ce qu’il me dit… En fait, il m’explique qu’il y a des crocodiles !

Jolie migale croisée en bord de route
Gare au crocodile!
Coucher de soleil à Coba

Nous rentrons vite à l’hôtel, fatigués mais heureux de notre étape. 64 kilomètres et un nouveau record battu. Par contre, le lendemain, les enfants ne peuvent pas reprendre la route. Les jambes sont en compote, il leur faut une journée de repos avant de faire nos 49 kilomètres restants jusqu’à Tulum. Pas de soucis, nous avons tout notre temps !

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mara
3 mois il y a

Bonsoir,
En attendant vos prochaines aventures, je me permets de vous transmettre l’adresse de notre padlet… Si Léopold et Marius veulent suivre notre travail… Je l’y mettrai, avec les leçons que nous apprenons… Mais nous apprenons tellement en vous suivant !
https://padlet.com/marafabian1/Bookmarks

Bertrand Baudez
3 mois il y a

C’est délicieux de vous lire… on goutte toute les saveurs cacaotées d’un tel voyage entre amertumes et douceurs. Merci de ce généreux partage

Fran Cois
3 mois il y a

Bravo pour cette nouvelle étape. Que d’aventures encore une fois. Tout plein de courage et vivement le prochain épisode.

Mara
3 mois il y a

Des lézards, des arnaqueurs, des mygales, des crocodiles… On attend Tulum avec impatience !!!!

Votre caviste😁🍹🍷🥰
3 mois il y a

Génial 🥰🥰🥰quel bonheur j’avais l’impression d’être au temple avec vous🙏🙏ça doit être magique🙏❤️. Bon pour les animaux très peu pour moi suis trop trouillarde 😂😂😂. On vibre à chaque page avec vous quel bonheur, vous êtes des Warriors 💪🥰. Merci pour les photos, les vidéos et ce partage 🥰🙏😘😘😘😘😘😘

Joëlle Pontieux
3 mois il y a

Eh bien, que de péripéties mais aussi un voyage rempli de belles rencontres. On vous suit et comme dans un film, inquiets lors de vos déplacements sur les grandes routes, les crevaisons, les arnaques ! Mamamïa, complètement raison de ne pas être naïf 😏😒 et tout ce qui va avec cette grande aventure, les photos sont magnifiques 🏜🏜 Prenez soin de vous et reposez vous. On vous embrasse. 🥰😘😗😚😙❤💙