A propos, Colombie

Derniers jours en Santander, Colombie

Du 28 décembre au 6 janvier 2022

Notre long séjour à San Gil va bientôt prendre fin. Nous avons trouvé une maison et une famille dans cette Fonda El Retiro. Notre hôte a pris beaucoup de place dans nos cœurs. Cependant l’heure du grand départ approche et avant le retour à Bogotà, nous souhaitons visiter ou revisiter deux lieux marquants: Barichara, le joli village colombien et Guadalupé où coulent Las Gachas, une rivière très particulière de la région.

Tout d’abord, nous souhaitons de nouveau passer une journée à Barichara. Ce petit village est un véritable bijou. L’ambiance est chaleureuse et musicale. Nous nous y sentons très bien. En montant sur les hauteurs du village, nous visitons un petit parc dédié à quelques sculpteurs locaux. Nous décidons ensuite de faire une petite randonnée sur le Camino real, un très vieux chemin qui permettait aux différents peuples de Colombie de cheminer jusqu’à Bogotà. Malgré un ciel chargé de lourds nuages noirs, notre optimisme nous emporte! Nous espérons que l’orage qui s’annonce se dirigera de l’autre côté de la vallée. Gwen a emporté le drone, et il est bien décidé à profiter du paysage magnifique pour le découvrir sous un autre angle. Elouan, Léopold et Marius sont bien devant, ils adorent ce type de chemins en pierre. Tout commence bien. Le soleil est encore chaud, il est 16h. La balade fait quatre kilomètres et demi. Rien d’insurmontable, Aristide est bien calé sur mon dos. La pente est brute mais le paysage est absolument à couper le souffle. Nous ne sommes pas déçu du détour. Seulement, les conditions climatiques changent tout à coup. Notre optimisme n’a pas conjuré le sort. On a à peine fait un kilomètre et demi que les premières gouttes de pluie commencent à tomber.  Nous sommes au milieu de nulle part mais par chance, il y a une grange avec un abri extérieur sous des taules. La pluie devenant rapidement une véritable averse tropicale, nous nous y réfugions espérant que ce déluge passe rapidement. Le ciel se déchaîne et notre abri de fortune ne suffit pas à nous protéger. Des trombes d’eau tombent du ciel. Nous sommes en montagne, nous ne pouvons pas prendre le risque de continuer la randonnée dans ces conditions. Nous attendons presque une demi heure. La pluie commence alors à se calmer. Nous décidons donc de faire demi tour et de remonter le chemin vers le village de Barichara. Notre joli chemin de pierre s’est transformé en petit torrent. Nos chaussures ne seront pas épargnées. Heureusement, nous gardons un bon rythme malgré la pluie qui reprend de plus belle. Gwen prend Aristide sur ses épaules et il nous faudra encore cheminer 45 minutes pour regagner le centre de Barichara. Nous sommes littéralement trempés mais heureux de revoir les lumières de la civilisation. Un petit arrêt dans une boulangerie nous permet de reprendre quelques forces avant de retourner chez nous en taxi. On tremble un peu de froid et nous sommes tellement mouillés que la buée a envahi les vitres du taxi… Hâte d’être rentrés pour se réchauffer après ces péripéties. On ne nous y reprendra pas à deux fois !

Puis trois jours avant de regagner Bogotà, nous décidons de partir visiter le site de Las Gachas. Une rivière d’eaux limpides qui a la particularité de comporter des piscines naturelles, comme des baignoires dans la rivière. Selon nos calculs, le site se trouve à plus de deux heures de trajet en bus, avec un changement à Soccorro à une heure de là, soit 4 heures dans les transports sur la journée. En partant le matin, nous n’avons pas trouvé les infos sur les horaires du retour. Comme le système de bus en Colombie n’est pas toujours accessible par internet, on est obligés de se rendre sur place pour avoir les horaires exacts. Arrivés à Soccorro, nous apprenons que le prochain bus  libre pour accéder à la rivière est à 14h30 et que le dernier bus retour pour San Gil est à 17h30. Trop juste ! Pas de bol… Nous ne pouvons pas nous rendre à Las Gachas. Heureusement, la ville est sympa. Nous en profitons pour y passer la journée, et rentrer suffisamment tôt pour visiter le parque Gallineral de San Gil. Un petit parc très agréable avec une balade le long del Rio Fonce, la rivière qui passe à San Gil. Nous prenons alors la décision de partir de San Gil le lendemain matin, une journée avant le départ prévu et d’effectuer le trajet pour Las Gachas sur la journée. Nous aurons ainsi une journée entière pour profiter de ce lieu d’exception.

Le plus dur, c’est de l’annoncer à M. Jorge. Mais, nous savons que la séparation sera de toute façon difficile, avec ou sans une journée de plus à partager. On se laisse des petites vidéos, on se prend dans les bras m. C’est fou les liens qu’on peut créer en si peu de temps! C’est donc les larmes aux yeux que nous quittons cet homme qui est presque devenu pour nous un papa et grand-père de substitution.

Nous faisons le lendemain le trajet pour Guadalupé, le village où se trouve Las Gachas. Le bus nous y dépose à vingt heures après quelques nouvelles péripéties. Mais, c’est la Colombie, et le temps ici n’a pas la même valeur qu’en France. Nous trouvons un petit hôtel près du centre et mangeons rapidement un petit morceau. Comme partout ailleurs, l’ambiance est très festive, les habitants se retrouvent pour discuter sur la place principale du village autour d’empenadas, ou d’une petite Corona. Cette tradition semble inaliénable.

Le lendemain, nous partons à pied avec un pique-nique pour rejoindre Las Gachas. Le chemin qui y mène nous permet de découvrir une vue encore différente sur les belles montagnes des Andes. Nous croisons des vaches, des poules, des chevaux. Le chemin est très agréable et peu fréquenté. Nous sommes entourés de prés, de vallons et d’un ciel de plomb. Les cinq kilomètres qu’il nous faut pour arriver à destination nous permettent de profiter d’une vue unique. Arrivés à la rivière, nous sommes étonnés du monde déjà présent sur place (par un autre accès en voiture). Ce sont encore les vacances en Colombie, et ce lieu est très renommé. Les touristes locaux y affluent en quantité. Les familles ou les amis se retrouvent autour d’un bon pique-nique pour la journée. Nous sommes les seuls touristes étrangers. Je pense d’ailleurs que nous ne passons pas inaperçu avec nos 4 garçons. Nous nous installons juste à côté d’un trou d’eau et ne résistons pas à l’appel du lieu. L’eau est très bonne car elle est réchauffée par les pierres. Le niveau d’eau est assez bas n’ayant pas plu depuis plusieurs jours. C’est un plaisir de sauter dans ces trous d’eau. Aristide barbote comme un bienheureux. Bonheur simple et facile. C’est ce qu’on aime dans ce voyage. Après deux bonnes heures à profiter des lieux, Gwen s’éloigne un peu pour faire voler son drone, il découvre alors un autre embranchement de la rivière une centaine de mètres plus loin, déserté par le monde. Nous nous y rendons et profitons d’un moment en dehors de la foule et de son brouhaha. Une expérience bien différente sous cet angle… L’heure tourne, il faut rentrer

Le lendemain, nous reprenons le bus pour Bogotà. Il nous faudra d’abord monter dans une jeep pour faire une heure de trajet pour rejoindre la ville la plus proche, puis attendre trois heures pour prendre un minibus qui nous ramènera à Bogotá en six heures de trajet. Nous atteindrons la capitale à vingt heures. Le bus, c’ est vraiment une aventure à elle toute seule. On n’est jamais déçu ! Mais, impossible de découvrir la population et de partager son quotidien si on ne prend pas leur moyen de transport. Les mamans qui voyagent avec leur jeune bébé, les couples d’amoureux, les vieux cowboys… Des tranches de vie ! Il nous reste trois jours à Bogotá pour préparer notre départ pour l’Equateur…

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mara
5 jours il y a

Tous nos vœux pour cette année 2022 qui commence bien!!!!
En attendant l’Equateur !
A très vite !
Cordialement,
Fabian Mara

Administrateur
Gwen(@admin6926)
4 jours il y a
Répondre à  Mara

Tous nos vœux également Fabian à vous, vos proches, toute l’équipe et la classe bien sûr.
On est entre 2 îles aux Galapagos et on peut se tenter une visio dans les jours à venir si vous avez un créneau, et nous du réseau 😋
À bientôt
Les Marrec

Fran Cois
6 jours il y a

La fin d’un nouveau chapitre. Celui nous a transporté vers des coins de plaisir insoupçonnable et des rencontres marquantes. J’apprécie votre optimisme montagnard qui se termine sous le déluge. Mille mercis pour votre partage on se RÉ-GA-LE. On the road aggaaiinnn

Administrateur
Gwen(@admin6926)
6 jours il y a
Répondre à  Fran Cois

Merci François pour ton enthousiasme et ton énergie !
On se régale en effet nous aussi !
Bisettes

Votre caviste 🍷🍻🍸😁🥰
6 jours il y a

Génial, quel voyage magnifique😍 vous êtes vraiment des Aventuriers et on a trop envie de vous rejoindre✈️🥰 et quelle expérience pour les garçons, les photos, les vidéos sont top (le drone trop bien😜)
En vous lisant on a un sentiment de liberté incroyable, comme si vous déambuliez sur une autre planète 🤔 c’est juste magique
Merci pour ce beau voyage et surtout pour le partage 🙏😍😘😘😘😘😘😘

Administrateur
Gwen(@admin6926)
6 jours il y a

Merci beaucoup !
On a effectivement un grand sentiment de liberté. Ca reste possible de lever les barrières !
Un grand contraste avec ce qu’on peut voir, entendre, lire sur les réseaux …
Bises à vous deux !