A propos, Pérou

Le lac Titicaca

Du 18 au 23 mars

Nous partons donc de Arequipa en bus, et traversons l’altiplano jusqu’à Puno, au bord du fameux lac Titicaca.

Nous retrouvons nos amis à Puno, heureux de pouvoir partager la découverte du lac Titicaca ensemble. Nous sommes encore montés en altitude. Ce lac est le plus haut lac navigable au monde à plus de 4300 mètres d’altitude. Nous décidons de prendre une journée pour nous adapter à l’altitude. Le moindre effort nous essouffle et nous épuise. Notre chambre située au sixième étage sans ascenseur est un bon test.

Le lendemain après une séance devoir, nous sortons à 11 vers le lac pour découvrir ses eaux mythiques. La balade sur les quais est agréable. La température est bien plus douce que ce que nous avions imaginé, vue l’altitude. Le soleil brûle la peau, malgré la protection solaire. Nos nez en garderont la trace pendant quelques jours ! Nous sommes dimanche et profitons de cette balade au milieu des locaux. Ils se retrouvent aux abords du lac pour se balader, manger des glaces avec les enfants, faire un tour en pédalo … Une journée relax bien méritée. Sur les bords du lac, nous voyons des dizaines de cochons d’inde qui vivent dans les roseaux. Les enfants apprécient cette jolie diversion. Puis nous décidons de nous laisser convaincre par une petite sortie en pédalo. Nos 7 enfants se sont montrés convaincants! Nous nous prêtons au jeu avec bonne humeur et nous passons un agréable moment tous ensemble. Nous profitons de cette sortie pour prendre des renseignements sur les visites sur les îles du Lac et les différentes façons de découvrir les communautés qui vivent sur le lac. Nous décidons de faire une visite de deux jours et dormir une nuit sur l’île d’Amantani.

Le lendemain matin, à sept heures, nous partons pour le port et prenons le bateau pour l’île d’Uros. Une île flottante fabriquée avec plusieurs couches de roseaux par la famille qui y vit. Nous sommes accueillis par le président de cette mini société qui nous explique comment fabriquer et entretenir l’île. Nous sommes impressionnés par cette vie au plus près de la nature, avec pour les femmes un travail de tissage et de confection d’articles à vendre aux touristes. Les hommes pêchent et entretiennent les îles. Leur île est quand même toute petite entre 80 et 100 mètres carrés avec le confort minimum. Des toilettes sèches et des maisons toutes petites avec des couchages spartiates. La cuisine se trouve à l’extérieur, sur une zone isolée des roseaux, car le feu est leur pire ennemi.

De retour sur le bateau, nous prenons la direction de l’île d’Amantani. Sur cette île se trouve des vestiges de la civilisation inca: des temples dédiés à la Pachamama, la déesse de la Terre. Nous sommes accueillis par la famille qui va nous héberger, et nous mettons presque une demi heure à monter en haut de l’île. L’altitude nous coupe le souffle, notre sac à dos semble peser une tonne, heureusement la bonne humeur qui nous lie à Charlotte et Julien nous permet de passer cette épreuve sans trop râler !

Nous faisons connaissance avec notre famille d’accueil. Un homme d’une cinquantaine d’années et sa femme, 25 ans maxi et leur petit garçon de 5 ans. Nous sommes bien accueillis, et prenons nos quartiers dans leur maison aménagée pour loger les touristes. Le confort est sommaire, les toilettes sont dehors et la chasse d’eau consiste en un bassin et un petit pot pour vider dans la cuvette sans gaspiller une goutte. Pas de douche, pas d’eau chaude, pas de salle de bain. Nous prenons conscience alors de notre privilège de vivre dans un pays où l’eau coule si facilement du robinet. Les chambres contiennent des lits doubles, les multiples couvertures en laine de lama ou d’alpaga me rappellent mes nuits chez ma grand-mère quand elle nous logeait à Noël. Le poids et la chaleur des couvertures pour ne pas sentir la fraîcheur de la pièce, car ici, malgré la grande altitude, point de chauffage. Après avoir déposé nos affaires, nous partons rapidement pour aller découvrir le temple de la Pachamama en haut de l’île. La montée est raide et Marius et Aristide bénéficient de l’aide d’un cheval pour arriver en haut sans trop d’efforts. Je les suis aussi vite que possible. L’arrivée en haut de ce lieu fort en énergie est à couper le souffle. L’émotion me submerge. Difficile à expliquer, la beauté du lieu, la lumière intense sur ce lac mythique. Être là, si loin de notre famille, de notre vie, voir ce temple qui compte tellement pour le peuple péruvien. Notre chance de vivre ces découvertes avec nos amis nouvellement rencontrés et avec qui on vit de grands moments ! L’amour fou pour cette vie qui m’a semblé parfois trop cruelle. Réaliser que je ne serai jamais blasée et qu’un coucher de soleil est merveilleux quand on le regarde vraiment… Je suis heureuse, juste bien là où je suis. Notre petit groupe nous rejoint peu à peu. Avec Charlotte on décide de faire le rituel que font ceux qui montent au temple. On en fait trois fois le tour, on offre quelques feuilles de coca en guise d’offrandes. Nos vœux se réaliseront car on y croit très fort en le faisant. Les enfants, eux ont réalisé une chasse au trésor, ils ont trouvé des pièces en chocolat, laissées par des pèlerins. Ils étaient ravis de leurs trouvailles !

Nous redescendons rapidement après le coucher de soleil, la température tombant vite sous ces latitudes. Nous dînons un repas simple, et revêtons les vêtements traditionnels pour aller à une petite fête en l’honneur des touristes. Nous nous prenons au jeu et dansons les danses de l’île au son d’un orchestre local. Nous rigolons bien. Étonnées Charlotte et moi du poids et de la manière dont les ceintures sont serrées autour de la taille. Les femmes de l’île portent ces vêtements tous les jours. Ça ressemble aux corsets que les femmes portaient avant guerre. Nous allons nous coucher la musique plein la tête. La pluie se met à tomber, nous sommes à l’abri, au chaud !

Le lendemain, c’est pancakes au petit déjeuner. L’odeur nous fait saliver. Nous reprenons ensuite le chemin vers le bateau pour visiter la dernière île de notre périple: Taquile. Le trajet en bateau se fait en une heure. Nous montons alors de nouveau en haut de l’île pour découvrir de nouveau un paysage à couper le souffle. Nous nous reposons sur la place principale avant d’assister à une présentation de la façon dont les femmes utilisent une plante pour fabriquer du shampoing et du savon pour laver la laine d’alpaga avant de la filer. Nous mangeons un repas sandwich sur la place avant de regagner le bateau de l’autre côté de l’île. Après la pluie de la nuit, le soleil est revenu. Deux heures de traversée plus tard et nous regagnons Puno.

Nous décidons de rester une nuit de plus pour organiser notre visite de Cuzco ensemble. On s’entend tellement bien qu’on a décidé de visiter ensemble Cusco et la vallée sacrée. Nous cherchons donc un grand appartement à partager !

S’abonner
Notification pour

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fran Cois
5 mois il y a

Gwendal on me signale que l’émission Racines et des ailes te propose un contrat en or pour regagner leur équipe de cadreurs. Tes prises de vue au drone sont superbes ! Des bisous les aventuriers

Joëlle Pontieux
5 mois il y a

Comme toujours, je me régale à te lire comme lorsque je dévore un livre, et je partage avec vous ces moments si étonnants, si forts et fantastiques à la découverte de ces lieux mythiques que nous ne connaissons que de nom ! J’étais en cinquième lorsque mon prof de géo nous a parlé de ce lac Titicaca !! Et tu as cette chance de le découvrir ! Les photos nous emmènent bien loin au pays des Incas, et cette petite île construite en roseaux, très originale mais pas pour moi, tu me connais …
Bientôt, vous pourrez nous raconter tout celà en direct. Profitez bien sûr de votre retour en Colombie pour encore de nouvelles connaissances de notre belle planète 🌍🌎🌏 gros gros baisers 💋