A propos, Mexique

Adios Mexico, bonjour le Yucatan!

Nous disons au revoir à Mexico city avec des étoiles plein les yeux. Nous avons adoré visiter cette capitale haute en couleurs, en histoire et en belles rencontres. Un coup de cœur particulier pour le musée Frida Kahlo, cette artiste m’a toujours interpellée, son fort caractère, ses peintures pleines de couleurs, ses engagements. Ce musée nous a permis de connaître son histoire et surtout ses souffrances physiques suite à la polio attrapé à l’âge de 6 ans, et un grave accident de la circulation à 18 ans. Le jardin luxuriant autour de sa maison restera longtemps dans nos mémoires.

Nous réservons donc un vol intérieur pour Mérida, deux taxis pour loger nos affaires, et nous décollons en début d’après-midi pour cette jolie ville du Yucatan. Point de départ de notre retour en selle. L’arrivée est épique, la pluie est tellement forte que le commandant de bord demande aux passagers d’attendre dans l’avion que ça se calme car les escaliers pour sortir de l’avion sont trop glissants. Ici, la saison des pluies bat son plein, les inondations sont courantes.

Nous récupérons nos vélos et prenons un grand taxi pour notre hôtel. Les transferts restent des moments très stressants pour nous. Nos 5 vélos et la carriole sont lourds et encombrants. Nous avons aussi toutes nos sacoches, nous déménageons littéralement. Heureusement, nos petits mecs nous aident beaucoup 💪.

L’hôtel dans lequel nous logeons peut  nous garder nos vélos en sécurité. Nous allons les remonter dès le lendemain. Il nous faudra trois bonnes heures pour être prêts à pédaler de nouveau. Mine de rien, voilà deux semaines que nous avons quitté le Danemark et que nos vélos sont dans les cartons. Nous sommes impatients de faire quelques tours de pédales. Nous décidons de rester une journée de plus pour visiter Mérida. C’est une ville très colorée. Ici, il y a une jolie cathédrale, le marché est gigantesque, les maisons sont colorées. La place principale est très animée. On y vend des habits traditionnels, des hamacs, des cobre-boca (ou masques en tissu) brodés à la main. Les gens ici se retrouvent, discutent, boivent un verre. C’est un véritable lieu de vie.

Nous mangeons sur une petite place un peu plus à l’écart de la place principale. Les serveurs du restaurant nous interpellent pour nous faire asseoir. Nous nous trouvons bien au Mexique. Ici, nous mangeons des plats traditionnels. Surtout des tacos, qui sont des petites crêpes de mais fourrées à la viande, petits légumes et fromage. On mange aussi de la sopa de lima, ou soupe au citron, qui s’apparente plutôt à un bouillon agrémenté de poulet et différents légumes. On boit de l’aqua fresca, ou jus de fruits mixés.

A l’hôtel, il y a une petite piscine que les enfants utilisent dès qu’ils le peuvent. Grâce à elle, Marius nous fait vivre notre première expérience des urgences mexicaines (et j’espère la dernière) bien malgré lui. Il a glissé en voulant attraper un ballon et s’est ouvert l’arcade sourcillère. Rien de bien méchant, mais il valait mieux bien désinfecter et refermer correctement la plaie. Nous nous rendons donc aux urgences pédiatriques. Le médecin parle quelques mots d’anglais, et moi quelques mots d’espagnol. Nous nous sommes compris. Ouf ! Marius a évité des points grâce à une colle adaptée. Tout a été résolu très vite. Nous avons eu beaucoup de chance car les urgences pédiatriques étaient à côté de l’hôtel. En discutant avec d’autres clients de l’hôtel, nous nous sommes rendus compte que des personnes viennent du Belize pour se faire soigner ici au Mexique.

Le lendemain de cette nouvelle aventure, nous prenons la route pour la côte esmeralda. La mer des caraïbes nous appelle. 38 km de voies rapides et des températures qui nous rappellent la chaleur étouffante des saunas suédois. L’asphalte renvoie une chaleur épouvantable. Il n’y a pas un souffle d’air, nous souffrons beaucoup ! Heureusement, nous avons des litres d’eau et nous trouvons une petite tienda pour nous ravitailler. Aristide a très chaud dans sa carriole, mais il patiente courageusement. Une crevaison et quelques pauses plus tard, nous atteignons enfin Progreso. Difficile de faire patienter les enfants en arrivant à destination mais il nous faut trouver un hôtel qui accepte nos vélos. Le deuxième sera le bon. On arrive même à rentrer nos montures dans la chambre. On se change directement et on plonge dans cette eau paradisiaque. La sensation est merveilleuse. Nous nous rafraîchissons sans jamais avoir le moindre frisson. Le sable est rempli de coquillages. C’est le paradis sur Terre. Nous oublions immédiatement nos heures de pédalage difficile. Nous nous posons au milieu des Mexicains qui sont nombreux en cette fin d’après-midi. Ils se retrouvent, boivent un verre en se baignant, écoutent de la musique. La dolce vita à la mexicaine.

Le lendemain nous partons pour une autre ville à 40 kilomètres de là. Nous prenons quelques fruits et de l’eau. Notre planning prévoit une route entre océan et mangrove, seulement voilà, la route finalement se réduit à une longue ligne droite entre arbres et villas démesurées en construction en bord de route. On entrevoit de temps en temps la mer, mais un bon vent de face et des températures de plus de 35 degrés nous rappellent à notre difficile condition de cycliste. Notre déjeuner se composera uniquement de quelques fruits et gâteaux car à part quelques magasins de boissons et de grignotages sucrés, aucun lieu ne propose de repas sur cette longue route là. Pas de villages, des maisons vides pour la plupart ou des cités derrière des murs d’enceintes, inaccessibles pour les non résidents.

Arrivés à un hôtel qu’on avait repéré, on est obligé de reprendre la route car les prix sont trop élevés pour notre budget de voyageur au long court. 14 kilomètres nous séparent encore du prochain village. Autant dire, l’autre bout du monde. Heureusement, l’hôtelier nous offre des bouteilles d’eau et nous assure que nous aurons hôtels et restaurants là bas. Marius est dépité. C’est difficile pour lui, mais il tient le coup et n’abandonne pas. C’est à ce moment là que le pneu de la carriole nous lâche, mais, on ne va pas se laisser abattre. On a chaud, on est fatigué, on a un peu faim, il est 16h30. Alors, on s’asseoit à l’ombre de quelques arbres. On mange nos carottes, nos concombres, un avocat, du pain et de la confiture et on écoute un peu de musique. On reprend des forces tous ensemble avant notre dernière ligne droite. Il nous faudra finalement une heure pour y arriver ! Nous trouvons l’hôtel en demandant la route à des riverains. Il faut dire qu’ici nous ne passons pas inaperçus. On a souvent des encouragements, des petits coups de klaxon, des petits mots gentils. Nous tombons sur un hôtel avec piscine et une chambre assez grande pour contenir tous nos vélos. Nous sommes épuisés. Nous trouvons un restaurant à côté qui fait des hamburgers et des pizzas. Nous mangeons rapidement notre repas et allons nous coucher.

Le lendemain et les jours suivants nous voient tour à tour touchés par une impressionnante turista. Heureusement, les uns à la suite des autres car il n’y a qu’un seul toilette ! Ouf ! Elouan doublement. Est ce l’effort sous la chaleur torride ? ou juste des mauvaises bactéries ? En tout cas, nous voilà forcés à rester à Telchac Puerto pour 3 jours. Nous profitons quand même de la plage et les enfants trouvent des coquillages incroyables. Nous nous adaptons…

S’abonner
Notification pour
23 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bea
4 mois il y a

C’est un livre où je fais le film tant c’est bien écrit.
On a presque les odeurs…. Et le récit est à la fois plein de détails et concis que je ne peux pas m’endormir avant la fin du chapitre 🙏

Eve Lagarde
4 mois il y a

On voyage en effet avec vous, grâce à vos articles et photos ! J’ai même rêvé de vous cette nuit après la lecture hier soir de ton dernier article , vous faisiez escale chez nous 😁. Bisous à tous les 6😘.

Bertrand B
4 mois il y a

Quelle aventure ! Quelle famille ! Quelle ténacité ! Merci de nous faire partager toutes ces perles de vie, vos moments de frayeurs (et de fun pour les ados) lorsque la terre tremble, aux moments de soif et de fatigue, en passant par les grands bonheurs partagés. Merci merci
Bonne et belle route à vous.
Bertrand
PS: special Gwendal : J’adore particulièrement ta photo de routard décoiffé 😉

Administrateur
Gwen(@admin6926)
4 mois il y a
Répondre à  Bertrand B

Merci Bertrand pour ton soutien !
En effet une vraie aventure familiale avec des rebondissements, ses joies et ses remises en question. Mais aussi un défi physique et mental pour tous ! On apprend tous les jours 🤔

Jesus
4 mois il y a

Que de péripéties les amis!
Vos photos sont magnifiques, bravo pour votre courage et ténacité.
Méfiez vous de l’aqua fresca, c’est ce qui provoquer la turista.
Les coquillages sont magnifiques.
Merci de nous faire partager votre voyage.
Mille gros bisous. 🥰🥰🥰💕💕💕

Emmanuelle PONTIEUX
4 mois il y a

Quel plaisir de te lire! C’est extraordinaire ! Quel courage ! Magnifique aventure. Je vous envoie un million de bisous et vous souhaite encore plein de merveilleuses rencontres ❤

Virginie H
4 mois il y a

Votre aventure est si belle ! C’est un plaisir de voyager avec vous au gré de vos photos et de vos écrits. Prenez soin de vous !

Fran Cois
4 mois il y a

Voilà un p’tit moment que nous étions sans trop de niouzes…. Je comprends mieux. Qu’un mot : OUHAOUUU ! J’apprécie le bronzage cycliste de Gwendal ! Ce périple aurait aussi pu s’appeler : vivre la météo à travers le monde 🌍 grosses pensées à vous 6.
Enfin : de vous pédaler, ça ne donne pas envie à Aristide de chevaucher un vélo ? 😉

Patricia Moniot
4 mois il y a

Quelle belle aventure ! C’est un plaisir de suivre vos récits et vos découvertes… bonne suite de voyage 🍀😉. Si vous allez au Costa Rica, je pourrais vous donner l’adresse d’un ami libournais qui s’est installé là-bas depuis quelques années et qui gère une boulangerie-croissanterie.

François raison
4 mois il y a

Super votre escapade, trip, ou Aventure que sais je?
C’est un plaisir de vous suivre et sentir de si belles ondes.
Profitez bien amigos ::)

😜😘😘

François raison
4 mois il y a

Francois

Votre caviste😁🍹🍷🥰
4 mois il y a

Madré de dios que de rebondissements🥰 mon livre préféré me régale toujours autant ❤️. Quel bonheur de te lire🥰🙏tous ces km, ces moments plus ou moins compliqués on est à 1000% avec vous. Les photos sont magnifiques et donnent envie🥰, le musée et l’océan 🏖😘. Le bronzage de Gwen est au top il va falloir penser au topless🤣🤣🤣
Les garçons sont très courageux💪 et vous êtes tous les 6 des Warriors 👏👏👏👏👏👏. Vivement la suite 😁😜, soyez prudents 😘😘😘😘😘😘

Eve Lagarde
4 mois il y a

Courage les amis, ça vaut le coup! On pense à vous 😘😘

Joëlle Pontieux
4 mois il y a

Eh bien que d’émotions entre la chaleur, les petits bobos et les aléas de la route, au fur et à mesure que tu narres cette aventure si loin de nous, je vis cela comme dans un livre et je vou imagine … Prenez bien soin de vous 😍❤😙😚