A propos, Equateur

De retour à Quito

Du 8 au 15 février

Nous ne devions rester que 3 jours à Quito le temps de faire quelques lessives et terminer le programme de notre périple en Équateur. Mais, nous avons dû prolonger de 3 jours. Malheureusement, Marius et Aristide tombent tous les deux malades, et impossible pour eux de bouger dans cet état. Nous profitons d’être dans une grande ville pour faire un point. Le médecin de notre compagnie d’assurance nous conseille d’aller voir un pediatre dans un centre hospitalier. Comme on rentre d’Amazonie, il ne faut pas prendre les choses à la légère. Nous décidons donc d’aller aux urgences pediatriques de l’hôpital. Elouan et Léopold restent à l’appartement en attendant. Arrivés à l’hôpital pediatrique de Quito, nous attendons d’abord une dizaine de minutes devant la grille d’entrée, puis seuls moi et les garçons sont autorisés à entrer. Gwen doit rester dehors. Nous sommes dirigés vers une salle d’attente extérieure, un abris de fortune. Nous attendons encore une heure. Ici, il n’y a que des mamans avec leur bébé ou leur jeune enfant. Finalement, un médecin vient voir chaque famille pour faire le point et déterminer l’ordre de passage. Pas de secret médical, chacun explique son cas. Et là, pour moi, c’est la douche froide. Je me suis rarement sentie aussi mal à l’aise. Il s’agissait surtout de problèmes quasiment vitaux pour ces enfants (tumeurs, convulsions, un bébé de quelques semaines qui pleure sans discontinuer) et nous, avec nos petits problèmes gastriques et de petites fièvres, nous n’étions vraiment pas à notre place. Nous avons réagi comme des occidentaux que nous sommes, avec nos propres codes. Évidemment, j’ai décidé de ne pas prendre la place de quelqu’un et nous sommes partis… Nous avons alors rapidement trouvé un rendez-vous avec une pédiatre, qui s’est bien occupée des enfants. Nous avons fait les examens nécessaires dans un laboratoire et cela a suffit. Il semblerait que Marius et Aristide aient développé une intolérance sévère au lactose. On espère qu’un régime strict va résoudre enfin tous leurs problèmes…

Ici, en Équateur, comme dans beaucoup de pays d’Amérique du Sud, nous sommes souvent confrontés aux difficultés que vivent les populations locales. L’arrivée du COVID et la diminution du nombre de touristes ont engendré de grosses difficultés économiques pour beaucoup. Ici, beaucoup de familles se battent juste pour survivre au quotidien. Et nous dans tout ça ? On se sent parfois mal à l’aise, on se demande si notre périple n’est pas finalement superficiel au vu du niveau de vie ici. D’un autre côté, rencontrer toutes ces personnes et vivre ces moments là ne peut être qu’enrichissant pour nous tous. Y être nous permet de prendre conscience des différentes façons de vivre, de voir la solidarité et la chaleur des rapports humains dans d’autres sociétés que la nôtre. Ainsi, nous imaginons notre retour et ce que nous allons changer dans notre vie pour vivre le plus simplement possible. En voyage, on a le strict minimum pour nous habiller, pour cuisiner, pour nous laver et on se rend compte qu’on vit très bien comme ça. Alors, ce voyage servira sûrement à changer notre regard sur nos besoins et surtout nos envies de toujours plus…

A Quito, tous les jours, nous faisons notre petite promenade dans le centre historique. On se ravitaille dans de petites échoppes, ou tiendas. On cuisine, bref on se recrée notre petit quotidien de l’autre côté du monde, et ça nous fait du bien de retrouver certaines petites habitudes et notre petit cocon… On apprécie aussi ces moments là

S’abonner
Notification pour

7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fran Cois
7 mois il y a

Coucou la Team « globetrotter ». La capacité d’adaptation de l’être humain est assez exceptionnelle. En fonction du contexte, des besoins, on trouve tous les meilleurs d’organiser au mieux notre quotidien. Nous vous souhaitons la santé et de profiter pleinement de chacune de vos expériences. Une bisette à chacun.

Administrateur
7 mois il y a
Répondre à  Fran Cois

Hello Amigo, on s’adapte, c’est le maître mot du voyage… Et c’est pas fini ! Bisette😍

Jesus
7 mois il y a

Oups
Volonté et vivre
Desole clavier en español et ici nous sommes dimanche et c est le réveil
Bises

Jesus
7 mois il y a

Bravo d avoir eu la curiosite et la volante de connaître tout cela
Tous les français et surtout les jeunes devrai le virement ça changerai notre pays
Ça me rappelle mon début de corriere en afrique…. nostalgie…..
Grosses bises

Administrateur
7 mois il y a
Répondre à  Jesus

Merci pour ton message ! Heureux d’apprendre que tu as vécu en Afrique… On en parlera en mai en Espagne !!

Mara
7 mois il y a

Ces moments difficiles à vivre vous feront sûrement évoluer et construiront le caractère des enfants… On revoit nos valeurs…
Continuez à partager, et profitez !
La bise aux garçons !;-)