A propos, Suède

Quel voyage!

Nous avons fait maintenant plus de 600 km à vélo! Quelle incroyable aventure. Nous sommes partis depuis un peu plus d’un mois, et nous avons traversé une bonne partie de la Suède. Nous longeons la Baltique et chaque jour est rempli de découvertes, d’apprentissages et de retour sur soi.

Je me pose encore parfois la question de pourquoi le vélo? Quelle idée de ne compter que sur ses propres muscles pour traverser un pays. Mais la vraie question est : Qu’est ce qui rend le voyage à vélo si différent? Et la réponse se fait d’elle même. Traverser la campagne à vélo c’est entendre les oiseaux chanter, entendre le vent souffler dans les arbres, c’est sentir l’odeur de la pluie, des vaches, de l’herbe fraîchement fauchée… C’est sentir le vent traverser nos vêtements, le soleil nous réchauffer après une belle averse. Le vélo c’est la découverte d’un pays par ses 5 sens. On est acteur, on les sent passer les belles côtes, mais quelle plaisir, quelle joie, quelle fierté d’avoir avalé nos kilomètres, d’avoir tenu la distance, d’avoir mis de nous dans le voyage! Je ne voulais pas consommer les lieux, les visites, les attrapes touristes. Je voulais un voyage pour lui-même, pour l’aventure, pour la vie 100% famille, y chercher l’occasion de trouver des solutions à tous les obstacles qui pouvaient se mettre sur la route. Pour le moment, aucune déception, on a répondu présent à tout ce qui s’est présenté à nous.

Un vélo qui arrive deux jours après nous à l’aéroport, le GPS qui joue avec nos nerfs, l’approvisionnement en eau, en nourriture, les bivouacs sauvages, cuisiner avec des produits qu’on ne connait pas, les chutes (Marius et Léopold), les blessures, les roues qui crèvent, les roues voilées, 39 de température, des nuits difficiles, des petites accros, les baisse de moral, les envies de meurtre (nous sommes encore tous les 6 vivants ! ), le froid…

Bref, nous nous adaptons et nous y trouvons notre compte. Les enfants s’éclatent. Ils s’imaginent vivre en Suède plus tard. Nous nous surprenons à faire les kilomètres plus facilement. Notre corps s’adapte, nos muscles deviennent saillants! La pluie, on s’y est fait. Les averses font partie de notre quotidien. Heureusement, la plupart du temps elles ne durent qu’une heure et le reste du temps on sèche. Quand on est trop mouillés, ou qu’on a trop froid, on loue une cabine, petite maison en bois avec 4 lits superposés. On a chaud, on est au sec, on peut cuisiner! Le bonheur… En fait, on se rend tous compte que nous n’avons pas besoin de beaucoup plus (en dehors des glaces!) pour passer une belle journée.

Se retrouver sur la route, c’est aussi avoir le temps de s’interroger. Je me pose énormément de questions sur notre société, son évolution, la liberté, notre mode de vie… Ici, en Suéde, nous vivons comme au temps d’avant covid. On se parle, pas de masque ni dedans, ni dehors. Il faut bien respecter les distances, mais ce n’est pas contraignant… Pas d’obligation vaccinale, pas de pass sanitaire. Pourtant ici, aucune flambée du virus. Pourquoi? Je n’ai pas de réponses, il ne s’agit pas de polémiquer, mais nous nous sentons à des années lumières de ce que vivent les français actuellement, et cette impression que celui qui ne se vaccine pas est la raison de tous les maux… Nous appréhendons de devoir bientôt retrouver le masque, les gens stressés qui ne se regardent plus, les tests PCR…

De plus, c’est fou cet effet qu’à le voyage sur notre notion de temps. La temporalité n’est vraiment plus la même. Les jours de la semaine n’ont plus aucune importance. Hormis le besoin de s’organiser pour se nourrir le dimanche. Les dates filent comme si elles ne correspondaient plus à rien. Ce ne sont plus que des chiffres que nous croisons ça et là. Les jours se ressemblent et en même temps ont leur lot de surprises et d’imprévus. Nous vivons dans un autre espace temps. Notre objectif est d’avancer, de s’organiser pour manger et dormir au sec.

Pour finir, nous nous rendons compte que finalement, nous apprenons à doser le voyage. Nous ne pouvons pas passer des heures et des heures sur nos vélos car Aristide ne peut pas passer toute sa journée dans sa carriole. Il lui faut des temps de jeux, de découvertes, de courses, d’exploration. Pour Léopold et Marius, c’est un peu pareil. Ils fatiguent vite, ils ont besoin de découvertes, de se poser. Le vélo pour le vélo ne leur suffit pas. Pour nous adultes, et pour Elouan, c’est différent. Nous avons des envies de plus, de tester un peu plus nos limites, de nous donner des challenges un peu plus physique. Voyager à six fait qu’on s’adapte, on accepte des compromis, on freine nos impatiences et la route fait son oeuvre. Elle nous apprend à prendre notre temps, à accepter que tout ne peut pas se passer selon nos plans et que nous nous en sortons très bien quand même!

Maintenant que l’été suédois tire à sa fin, nous avons envie de continuer nos aventures sur un autre sol. Le Mexique? La Thailande? Le Pérou? Maintenant que nous avons commencé le périple et que nous avons gouté à la liberté extraordinaire du voyage à vélo, nous ne doutons plus de notre mode de transport. Cependant, nous nous donnons la possibilité d’adapter le voyage et passer les endroits difficiles, trop hauts, trop dangereux en bus ou en train. Nous sommes parfaitement conscients de nos limites!

Si tout va bien, dans deux jours, nous serons à Kalmar. Un des grands objectifs de notre périple! 85 kilomètres en deux jours. Nous sommes motivés, et là-bas, nous prendrons probablement un train pour Copenhague. Dans une semaine, on devrait être au soleil. Youpi!

S’abonner
Notification pour
13 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Eve
4 mois il y a

J’adore cet article ! Hyper intéressant ! Hâte de lire la suite de vos aventures les amis. Des bises à tous 😉

Marie-Helene LOPEZ
4 mois il y a

Quel plaisir de lire ce résumé !!!.
J’admire le contenu et ta manière d’écrire En fi
Tu pourras publier un livre.
Que de découvertes pour vous tous.
Nous attendons toujours avec impatience vos post.
Celui ci est magnifique.
Bravo les Marrec.
On vous aime.
🥰🥰🥰

Mara
4 mois il y a

Joli mois donc !!! Riche pour tous !!! Ça nous laisse songeurs…
Et le meilleur reste à venir !!!!
Top !!!!

Administrateur
Gwen(@admin6926)
4 mois il y a
Répondre à  Mara

Bonjour Monsieur Mara. J’espère que vous allez bien et que vos vacances se seront bien passées. Pour ma part mes vacances se sont bien passées. Nous allons bientôt commencer à travailler. De temps en temps, la maison nous manque mais après tout on aura découvert plein d’animaux et de plantes donc ce n’est pas si mal que ça finalement. Léopold

Bonjour Monsieur Mara. Aujourd’hui, j’ai fait 43 km. Ca fera presque 700 km en tout. Marius

Emmanuelle PONTIEUX
4 mois il y a

Un grand merci pour tes mots qui nous permettent de partager votre aventure et votre réflexion sur ce que vous vivez tous les 6. Ça nous permet de réfléchir nous aussi à ce que nous vivons dans notre société actuelle. Quelle chance vous avez de pouvoir réaliser cette expérience et quel courage d’avoir été au bout malgré les difficultés. Je vois souhaite de vivre encore plein de moments riches qui rendront votre aventure extraordinaire. Mille bisous à nos globe-trotters 😚

Fran Cois
4 mois il y a

Scotché ! C’est beau et quel plaisir. Une bisette à chacun de vous 6.

Votre caviste😂🍻🍷
5 mois il y a

Magnifique 🙏🙏je le répéterai sûrement à chacune de tes lectures mais quel plaisir de te lire, de « partager  » cette expérience avec vous 6. Si une famille peut le faire c’est la famille Lego🥰 Vous êtes tous les 6 des Warriors, vous parents qui gérez une logistique incroyable et les garçons pour leur courage 💪.Vous nous faites rêver et grâce à vous nous pouvons nous évader et avons un sentiment de « liberté » bien apaisant en cette période anxiogène😳Merci pour ce partage 🙏🙏🙏🙏 🥰😘😘😘😘😘😘

Fred
5 mois il y a

Un joli résumé de ce premier mois et déjà beaucoup d’enseignements tirés. Bravo pour cette prise de recul et cette lucidité. C’est toujours aussi agréable de vous lire.